Interview de Fanny Laperna : Motivée avant tout !

0
76

Interview de Fanny LapernaRencontre exclusive avec Fanny Laperna, une jeune trentenaire, maman de deux enfants, ayant un parcours professionnel atypique et varié !

Apitem : Fanny, Bonjour ! Merci beaucoup d’avoir accepté de répondre à nos questions.

Vous avez un peu plus de trente ans, et déjà, vous êtes passée par plusieurs statuts divers et variés. D’abord salariée, puis gérante d’une EI, puis auto-entrepreneuse, pour aujourd’hui être en portage salarial, pouvez-vous nous expliquer ce parcours qui est le vôtre ?

Fanny Laperna : Pour commencer, j’ai passé un CAP/BEP Vente Action Marchande en alternance, j’ai donc débuté la vie active à l’âge de 16ans, cette branche ne m’était pas destinée, et ne me plaisait pas, j’ai donc quelques années après passé une équivalence du BAC gestion d’Entreprise que j’ai obtenu avec succès. Grâce à cette formation, je me suis lancée dans la création d’une EI dans le homesteding, qui est la mise en valeur d’un bien immobilier destiné à la vente.

Malheureusement le marché de l’immobilier ayant été considérablement touché par la crise, je n’ai pas pu continuer cette activité. N’aimant pas être inactive, je me suis tournée vers le monde de la restauration où il est facile de trouver un emploi, ce choix d’abord alimentaire, a finalement suscité en moi un grand intérêt, après plusieurs demande de clients, j’ai opté pour le statut d’auto-entrepreneuse en maître d’hôtel pour effectuer mes prestations dans plusieurs restaurants, traiteurs, voir même particuliers…

Aujourd’hui, qu’elle est votre activité ?

J’ai de nouveau totalement changé de voie et je pense avoir réellement trouvé ma vocation. La restauration exigeait beaucoup trop en terme de temps, je suis mère de deux enfants, et je dois être présente pour elles, ce qui m’était difficile avec mon statut de maître d’hôtel en auto-entrepreneur.

Ayant toujours été attirée par le domaine du bien être et de l’ésotérisme, j’ai passé diverses formations pendant toutes ces années, massage relaxant, sophrologie, massage énergétique… je suis également medium taro logue. Et depuis peu j’ai pris la décision de vivre des ces passions, je pratique donc la voyance par téléphone et cabinet pour le compte d’un tiers ainsi que le bien être, tout cela en portage salarial chez BNPSI.

Gérante d’une EI, auto-entrepreneuse, salariée portée, vous avez testé ces différents statuts, que pensez-vous de chacun d’entre eux ?

J’ai trouvé le statut d’EI, intéressant, mais je n’ai pas eu vraiment le temps de me rendre compte des réels avantages et inconvénients, car je n’ai pas travaillé sous ce statut assez longtemps. En ce qui concerne le statut d’auto entrepreneur, pour ma part, j’ai été mecontente de ce statut !

Je pense réellement qu’être auto entrepreneur doit être complémentaire à une autre activité, surtout dans la branche que j’exerçais, la restauration, je faisais beaucoup d’heures pour gagner un salaire convenable, et mes charges étaient élevées. Personnellement, je trouve que le statut de salarié porté est le meilleur.

Qu’est ce que vous trouvez de mieux dans ce statut ?

Je trouve que c’est la meilleure alternative pour être à son compte tout en étant salarié. J’ai besoin d’une certaine sécurité que je retrouve à travers ce statut, je gère mon temps, mon travail, peut avoir plusieurs clients tout en ayant des fiches de paye, des cotisations retraite, et un CDI…

De plus je ne gère aucuns documents administratifs et peux me concentrer totalement sur ma production, ce qui est pour moi un énorme avantage.

Quelle est votre définition du « bien-être » ?

Le monde du bien être apporte du bonheur et aide à avancer. Malheureusement vu la conjoncture très peu de personnes prennent le temps et surtout l’argent pour des massages qui leurs feraient pourtant le plus grand bien. Pour la voyance c’est autre chose, les gens aujourd’hui ont le besoin d’être rassuré, et de plus en plus d’usagés font appelle à mes services.

Un conseil pour nos internautes en quête de vocation ?

Quelque soit les difficultés rencontrées, ne jamais baisser les bras, l’important est de trouver ce que l’on aime, pourquoi nous sommes fait et surtout de prendre du plaisir dans son travail.